Témoignage allaitement : le jour où j'ai compris que je pouvais prendre du temps pour moi

On entend souvent que l’allaitement, c’est très contraignant. Et pourtant, le lait est toujours prêt, à bonne température, pas besoin de matériel à emporter avec soi (biberon, poudre et eau)…

Nous avons rencontré Chloé, maman du petit Louis, 2 mois 1/2, allaité exclusivement, qui nous donne son témoignage et ses astuces pour pouvoir se consacrer du temps, même en allaitant !

Quelles ont été tes premières impressions sur l’allaitement ?

“Je suis très heureuse d’avoir fait ce choix, mais c’est vrai qu’au début, je trouvais ça très prenant. J’étais fatiguée par la naissance elle-même, par les nuits entrecoupées de réveils et j’avais l’impression que mon bébé avait tout le temps faim et qu’il me réclamait le sein en permanence !

Je trouvais cela compliqué de sortir parce que je suis pudique et je ne savais pas trop comment m’y prendre pour pouvoir le nourrir sans montrer ma poitrine à tout le monde.

Et puis j’ai rapidement commencé à tirer mon lait pour faire des réserves permettant d’anticiper la reprise du travail. Cela demande aussi du temps, en plus des tétées…

Je crois surtout que j’avais beaucoup d’appréhension et d’a priori et que je me surmenais pour être une mère parfaite, toujours présente, aux petits soins pour mon bébé, au détriment de mon propre bien-être ! J’ai vite compris que je n’allais pas pouvoir tenir comme ça et que j’avais besoin de souffler un peu. Les tout-petits sont des éponges et ressentent nos émotions. Au final, on se porte bien mieux tous les deux depuis que j’ai simplement changé ma façon de voir et de vivre les choses.”

Aujourd’hui, quelles sont tes astuces pour parvenir à prendre du temps pour toi ?

“Ne pas se mettre la pression avec un timing ou des horaires : je m’adapte à mon bébé. Je sais que tout de suite après la tétée, j’ai 2h30 / 3h devant moi pour pouvoir sortir : faire une balade, une ou deux boutiques, tout est bon pour prendre l’air, rencontrer des adultes et ne pas avoir l’impression de rester enfermée chez moi avec mon bébé pour seul interlocuteur de la journée. Et si au début j’étais un peu complexée d’allaiter en public, aujourd’hui j’ai simplement tout le temps un lange ou un foulard sur moi et je me sens beaucoup plus libre de me déplacer comme il me semble avec mon bébé.

On s’est aussi mis d’accord avec mon conjoint pour que je puisse régulièrement m’accorder quelques heures ou une demi-journée de pause, lorsque lui est disponible pour s’occuper du bébé (le samedi par exemple). Comme ça je retrouve des amies et on passe un bon moment entre filles ! Pour ça il suffit d’avoir un peu de lait tiré d’avance, stocké au réfrigérateur ou au congélateur. Quand je suis absente, le papa a ainsi des moments complices avec notre bébé, en lui donnant des biberons de mon lait.

Ma dernière astuce est d’inviter des amis/de la famille régulièrement chez moi, mais en toute simplicité ! Je les préviens que la maison n’est pas “nickel chrome” et leur demande d’apporter quelque chose à grignoter, histoire de ne pas me rajouter ça à préparer, et ils le comprennent très bien. On se voit en petit comité pour garder une ambiance apaisée et calme pour le bébé. Qu’est-ce que ça fait du bien !”

people-2592302_1920(1).jpg

Ma Bonne FÉE

ACCOMPAGNEMENT ET CONSEILS

Dans les plus grandes villes de France.

Avis d’experts

Des réponses aux questions sur :

Garde à domicile de nuit, garde à domicile de jour, nurse de nuit, garde de nourrisson, garde de jumeaux, grossesse, colique, allaitement, colique du bébé, puériculture, bébé, maternité, femme enceinte, alimentation du bébé, allaitement du nourrisson, mort subite du nourrisson, cycle du sommeil, terreur nocturne, petit train du sommeil.