L'allaitement maternel, un choix important qui vous appartient

Source de nombreux bienfaits pour la santé des tout-petits, l’alimentation la mieux adaptée à leurs besoins nutritionnels est le lait maternel. Allaiter ou non suscite souvent chez les (futurs) parents beaucoup de questions : une action au départ si naturelle est devenue au fil du temps un véritable choix qu’il convient de faire en couple, en s’étant bien renseignés au préalable. En effet, de nombreuses idées reçues ont la vie dure à ce sujet !

Pourquoi choisir l’allaitement ?

Recommandé par l’Organisation Mondiale de la Santé (OMS), l’allaitement exclusif pendant les 6 premiers mois de vie offre de nombreux avantages pour la maman comme pour le bébé :

  • le lait maternel apporte précisément toutes les vitamines, sels minéraux, oligoéléments, sucres, graisses et protéines nécessaires à votre bébé pour bien grandir. En effet, la composition du lait maternel évolue au cours de la tétée, pendant la journée et au fil des mois pour s'adapter à ses besoins.

  • grâce aux anticorps qu’il contient, il protège le bébé des agents infectieux, lui permettant d’être moins souvent et moins gravement malade. Il diminue également le risque de survenue des allergies de type eczéma et asthme.

  • du fait qu’il contienne moins de protéines et de sels minéraux que le lait de vache à partir duquel sont préparés les laits infantiles, il sera digéré plus facilement par le bébé, évitant ainsi d’éventuels troubles digestifs.

  • même si la création du lien d’attachement mère-enfant ne passe pas seulement par là mais aussi par les regards, les câlins, les sourires, les soins apportés au tout-petit, l'allaitement contribue à le renforcer, le bébé reconnaissant l’odeur de sa maman et de son lait.

Allaitement : stop aux idées reçues

Non, allaiter n’abîme pas les seins

En réalité, ce sont la grossesse ainsi que l'âge qui peuvent transformer les seins. Qu’il y ait allaitement ou non, ils auront tendance à changer de texture et de volume avec le temps et les grossesses. Il faudra cependant prendre soin d’eux, porter un bon soutien-gorge (qui soutient sans comprimer), et veiller à éviter des variations brutales de volume pouvant survenir par des engorgements ou un sevrage trop brusque, et risqueraient d’engendrer des vergetures.

Par ailleurs, petite ou grosse poitrine, peu importe : toutes les femmes (ou presque) peuvent allaiter et produire la quantité de lait nécessaire à leur bébé pour bien grandir. On estime qu'entre 3 et 5% des cas d'insuffisance de lait sont liés à une anomalie de la glande mammaire ou à un dysfonctionnement hormonal.

Faites vous accompagner par des professionnels de l’allaitement.

Ma Bonne Fée

Non, allaiter ne fatigue pas plus

La maternité, en général, est fatigante ! On se réveille fréquemment la nuit, on n’arrête pas de la journée - trop souvent sans suivre le précieux conseil de prendre le temps de se reposer en même temps que le bébé -, la fatigue est aussi nerveuse, provoquée par l’inquiétude devant les pleurs, régurgitations, etc. Au contraire, sachez qu'après la tétée, les femmes libèrent une hormone, la prolactine, qui aide non seulement à se rendormir plus vite, mais aussi à ce que le sommeil soit vite profond et donc plus réparateur. L’allaitement libère aussi une 2ème hormone, l’ocytocine, qui, elle, apaise et diminue le niveau de stress.

Non, le papa n’est pas forcément exclu lorsque la maman allaite

Son rôle est même indispensable ! Il pourra soutenir sa compagne dans cette démarche, et toujours tout autant câliner et chouchouter le bébé. Chacun peut trouver sa place pour se sentir investi et proche du tout-petit. Le papa n’est pas forcément inactif pendant la tétée elle-même : il peut être présent et stimuler un peu le bébé afin de le maintenir éveillé et l’aider à téter de manière plus efficace. N’oubliez pas qu’il sera aussi possible pour le conjoint de donner des biberons de lait maternel, une fois l’allaitement bien installé. Par ailleurs, les soins (changes, bains, etc.) peuvent être de merveilleux moments de complicité.

Oui, le lait maternel est toujours assez nourrissant

C’est l'aliment le mieux adapté aux besoins du bébé. Si ce dernier ne prend pas assez de poids, c'est qu'il ne prend pas assez de lait, ce qui n’a rien à voir avec la qualité du lait. Bien souvent, cela est dû à une mauvaise position au sein, au fait qu’il ne le prend pas correctement, qu’il ne parvient pas à téter assez efficacement, ou qu’on ne lui propose pas le sein suffisamment souvent. Il ne faut surtout pas hésiter pas à prendre conseil auprès d’une consultante en lactation, qui aidera les jeunes parents à trouver des solutions.

Un vrai choix, pour que chacun soit apaisé

Il est important d’être sûrs de cette décision, prise à deux. Si vous ne souhaitez pas allaiter et que vous avez fait ce choix parce qu’il vous correspond plus, il ne s’agit pas de culpabiliser ! Gardez en tête qu’un allaitement non désiré par la maman peut être moins bien vécu par le bébé et finalement moins profitable qu’une alimentation au biberon bien choisie. A parents épanouis, bébé épanoui !

Allaiter, ça peut sembler naturel, mais ce n’est pas forcément facile tous les jours ! Vous pourrez rencontrer certaines difficultés, et il faut y être préparés. Dans ce cas, n’hésitez pas à chercher de l’aide auprès de professionnels formés à l’allaitement, qui sauront vous accompagner pour les surmonter. Et si c’est vraiment trop dur, ne vous sentez pas coupable de devoir sevrer votre tout-petit pour retrouver des moments complices en le nourrissant au biberon.

Avis d’experts

Des réponses aux questions sur :

Garde à domicile de nuit, garde à domicile de jour, nurse de nuit, garde de nourrisson, garde de jumeaux, grossesse, colique, allaitement, colique du bébé, puériculture, bébé, maternité, femme enceinte, alimentation du bébé, allaitement du nourrisson, mort subite du nourrisson, cycle du sommeil, terreur nocturne, petit train du sommeil.